Skip to main content


Co-Captain @Armada Digital (goal: coop)
| Love to promote #Indieweb #CivicTech #Dataviz #RSS Curious about #Blockchain and the future of work by enabling #platformcoop

Should appear as "Live" when I'm broadcasting Live with @periscope @RickMendes


rMdes_

rikmendes

rickmendesg

rikmendes

mendesr

rime

hello@rmendes.net

rick.mendes

mendes

www.loomio.org/u/rmdes

mastodon.indie.host/@rmdes

Euwatchers

PolBegov

refind.com/rMdes_?invite=2dc94f96da

Ricardo Mendes

Quite amazed by some men's utter inability to listen without mansplaining survivors of any type of abuses, from harassment to direct sexual abuses that they also get impacted by having to endure the state of things with woman traumatized & unable to discern a decent men from Predators. It's like the first concern of some men is to note How harassment & sexual abuses directly touch them regarding their dating habits is more important or equally important for them as the abuse itself, to me it shows a terrible lack of empathy and possibly a even worst issue at hand: we won't fix this mess if all men's don't give even just a little attention to their behavior and to how they react to the current epidemic of abuses : certainly not by posing in the center of the issue describing how shocked they are from being equaled to pigs (regarding the French tag ) as if men = pigs was even said once by all the woman that used the tag or . It's really disturbing to notice that some of my best friends are unable to react or not react, they feel almost threatened by just woman getting the word out, this little action that often mirror a wide variety on the scale of abuses is felt like a threat or something that critical men's should have their say as if their opinion on the matter was more important than the root of the issue : widespread abuses.

Ricardo Mendes

Vous avez pas l'impression que sur les réseaux sociaux, même quand il y a des grandes prises de conscience sur tel ou tel crise (pensez , mais on pourrait prendre ou encore la cause du climat ou des ) bref même si souvent le focus sur tel ou tel crise est utile pour avoir un débat, prendre conscience de l'ampleur d'un problème etc..tout est conçu pour que ce genre d'utilisation soit de courte durée, en effet le but c'est le profit, sûrement pas la prise de conscience et le fait que l'outil (ici facebook ou twitter ou medium) puisse lui être un outil au service d'une réel amélioration d'une situation donnée et pas juste un courant d'air qui voit passer des crises.

En fait ce qui me turlupine c'est qu'il y a une sorte de culture du positivisme qui en fait rend la possibilité de réellement appronfondir un sujet impossible. Tout est fait comme si bon, c'est bon vous l'avez eu votre hashtag, maintenant repassons aux trucs bidons et au photos de chats !

Par exemple si tout les jours sur mon propre mûr je racontais les calvaires de traiter l'affaire de une ce contenu serait désavantgé par les algorithmes de facebook parce que trop triste, trop déprimant, trop grave, trop complexe.

Par contre si tout les jours je balances une fausse information sur moi ou sur quelqu'un d'autre mais qui est conçue pour paraître positive, excitante, bref une bonne nouvelle, ce post se verrait avantagé et se retrouverait visible sur les murs de tous mes contacts sans faire le moindre effort.

Le point que je veux aborder en fait c'est qu'il y a une sorte de dictature de la positivité et que celle ci est intégrée au algorithme qui supervise facebook ou twitter ou autre et que donc l'information ne circule pas librement et qu'en plus cette imposition de la positivité à tout prix fait que des gens n'osent même pas aborder tel ou tel sujet sur la toile tellement ça devient impossible de capter une réelle audience qui veut réellement faire quelque chose à propos d'une crise ou d'une affaire qui mérite l'attention.

Bref rien de nouveau sous le soleil, c'est juste que je me demande que vont devenir les et les dans 1 semaine, probablement oublié comme cette femme black qui à lancé un premier il y a plus de 10 ans, mais comme elle n'était pas une actrice ni quelqu'un de "connu" son meetoo n'est jamais devenu global comme la campagne de ses derniers jours.

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.